top of page
  • Photo du rédacteurJeancy Ngoy

RDC : Le Président Félix Tshisekedi rend hommage aux victimes du Génocide Congolais


✍️Par Jeancy Ngoy


Le Chef de l'État Félix Tshisekedi a présidé, ce mercredi à la cité de l’Union africaine, la première cérémonie de commémoration officielle du Genocost, génocide pour des gains économiques en République démocratique du Congo (RDC).

A cette occasion, le Président de la République a rendu un profond hommage aux millions de victimes d'atrocités perpétrées en toute impunité depuis près de trois décennies en RDC.


Le Chef de l’Etat a dénoncé les graves violations du droit international humanitaire (DIH) et des droits de l'homme, dont les plus emblématiques sont les violences sexuelles utilisées délibérément comme armes de guerre et l'affaiblissement de l'état dans le but de l'empêcher d'assurer promptement la protection de son peuple.

Cet événement a été marqué par une série de témoignages. « Je ne suis pas venue pour vous faire pleurer mais pour que justice soit faite », a déclaré madame Adrienne Kaseka, survivante de violences de Kamuina Nsapu dans la région du Kasaï. L'autre intervention, parmi les plus émouvantes, a été celle de monsieur Désiré Grodya, survivant de violences dans le territoire de Djugu, en Ituri. « Que les victimes ne puissent plus se taire. Si vous avez été violé(e), il faut le dénoncer et que justice soit faite », a-t-il recommandé.

Très touché, le Président Tshisekedi a renouvelé son engagement à lutter contre l'impunité et à restaurer l'autorité de l'Etat. « Je voudrais vous rassurer que je ménagerai aucun effort pour que ces criminels soient châtiés. La Nation vous dit que vous ne serez plus jamais seuls », a-t-il déclaré.


« Je suis conscient des conséquences dramatiques que ces violences ont pu avoir sur vous. Je sais que vous subissez une grande stigmatisation qui s'ajoute à la douleur à la fois physique, morale et psychologique qui fait que vous renonciez toujours à parler de ce qui vous est arrivé », a-t-il rajouté.

Cette commémoration a coïncidé avec le lancement du FONAREV, Fonds national de réparation des victimes de violences sexuelles liées aux conflits et des victimes de crimes contre la paix et la sécurité de l’humanité. Il s’agit d’un cadre institutionnel chargé d’appui à l’accès à la justice, à la réparation, à l’autonomisation et au relèvement communautaire des victimes et de leurs ayants droits ainsi qu’aux garanties de non-répétition. « La RDC, qui était autrefois considérée capitale mondiale du viol, est aujourd'hui devenue capitale mondiale de réparation », a indiqué Lucien Lundula, directeur général du FONAREV.

Genocost est une initiative mise en place depuis 10 ans pour la reconnaissance du génocide contre la population congolaise. Elle combine, en anglais, les mots génocide et coût pour expliquer la nature économique de ce génocide en RDC.

4 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page