top of page
  • Photo du rédacteurlegendnews22

Le parcours d'un guerrier, le colonel Tshitshi Matala Kamanda a traversé des forêts


✍️Par Jeancy Ngoy Ipako



Venu au monde un certain 23 Mars 1970 à la clinique kiniose de kalina, actuel Gombe à Kinshasa, le Colonel Matala Kamanda Tshitshi est de la tribu Songye, originaire de la province de Sankuru, territoire de lusambo, secteur minkudi au village de Mpaniamutombo.



Il est le deuxième fils dans une famille de 4 enfants, dont deux filles et deux garçons.

Fils de Kamanda kikwa stany, un officier, dans l'armée Zaïroise, mort au grade de capitaine et de maman Builu Matala, une infirmière A2 au camp luano, le commissaire supérieur Tshisthi Matala Kamanda a grandi à bandalungwa et au Camp lieutenant colonel kokolo.



Études primaires au collège Bosembo, il avait décroché son diplôme d'état en 1991, faut-il le signaler, était déjà infirmier A2, depuis 1989, au terme de sa formation à l'IEM. De 1992 à 1994 il est passé à l'Institut supérieur de Commerce , ISC en sigle, en science commerciale dans l'option financière.


Parmi les lapidaires de 1995


C'est ainsi qu'il se lancera dans le trafic du diamand en 1995 au sein de Zaïre Moko, une société que dirigeait Monsieur George Stinice.


De Zaïre Moko, il passera, en 1996, à Bomengo Diamant à Tembo dans la province du grand Bandundu, aux côtés de grands noms du secteur du diamant, comme tshatsho Mbala, Didi kinuani et autres.



Peu après, s'étant installé dans la province angolaise de Lunda Norte en compagnie d'un ami, il quittera le secteur du diamant pour se consacrer dans l'interprétariat des langues (portugaise-francaise). Mais, pas pour longtemps, car Tshitshi Matala reviendra à ses premières amours, cette fois-ci dans le métier de plongeur pour chercher le diamant sous l'eau.


Bloqué à Kinshasa à l'entrée de l'AFDL, il intègre la force de l'ordre


Fin 1996, Tshitshi Matala rentre à Kinshasa pour régulariser sa situation conjugale avec sa femme Sébastienne Mbakadi Matala.



Un mariage d'où sont issus 2 garçons et 5 filles : Aimée Matala, Patricia Matala, Moïse Matala, Esther Matala, Blessing Matala, Jolie Matala, et Aaron Matala, ainsi qu'un petit fils Cameron Nzita, fils de sa fille Aimée Matala Nzita et Titan Nzita



Son rêve de retourner en Angola pour poursuivre sa carrière de diamantaire, s'arrêtera avec l'entrée, à Kinshasa, de Mzee Laurent Désiré Kabila avec ses troupes de l'Alliance des Forces démocratiques pour la Libération du Congo-Zaïre (AFDL).


Les frontières sont fermées. Ainsi, ne pouvant pas retourner en Angola, le Colonel Tshitshi Matala intègre la force de l'ordre en 1997.



Les formations


Voilà comment Tshitshi Matala Kamanda débarque en Angola pour débuter sa formation de base. Il passe de l'armée à la Police nationale congolaise.


Ce qui le conduira en Angola, en 2001 pour une formation d'anti-terro commando pendant 10 mois. En 2003, il suit une formation dans la commune de Maluku sur les opérateurs des renseignements au sein de la Police nationale. En 2007, il a suivi au centre supérieur militaire, la formation dispensée par les experts français sur la protection de haute personnalité ( VIP).



En 2008, il a été formé comme formateur sur la protection VIP par les experts des Nations-Unies.


En 2013, Tshitshi Matala a été formé en Afrique du Sud presicement à Pretoria au centre de formation Mankwe toujours sur la protection des hautes personnalités.

Il sied de noter que dans toutes les formations faites, le Colonel Tshitshi Matala terminait toujours comme lauréat.



Fonctions assumées


Avant de basculer vers la Police, Tshitshi Matala fut parmi les premiers concepteurs de la Détection militaire des Activités Anti Patrie (DEMIAP), avec le président honoraire Joseph Kabila comme directeur de renseignements.


En 1998, il a été désigné S.3 du 2 ème bataillon de la police d'intervention rapide, PIR en sigle, l'actuel légion nationale d'intervention.



Il est parmi les premiers policiers qui ont commencé l'unité de police des polices, PP en sigle avec le général Carl Lewis, le 29 novembre 1998.

En 1999, Tshitshi Matala devient commandant compagnie de la maison civile à Kinsuka. Puis, nommé commandant réseau mobile d'intervention à Ngaliema-Cité verte (pumbu).


En 2001, on lui attribue le 5 ème bataillon de la police d'intervention rapide, PIR, en tant que S3.



En sa qualité d'infirmier, ressortissant de l'IEM, Tshitshi Matala intègre le département de la police santé en 2003, assumant les fonctions de Chef département adjoint des renseignements médical. Antenne de Police à l'hôpital général de référence de Kinshasa ex maman yemo. En 2004, il devient Chef d'Antenne de Police à l'hôpital de Kintambo. Et à la même année, il fut président des pairs éducateurs sur la pandémie du siècle VIH/SIDA. En 2005, il sera mis à la disposition des services spéciaux.


Pendant ce temps, il s'occupait de la sécurité de plusieurs autorités du pays, des invités du président Joseph Kabila à l'époque, du président du Sénat, de l'Assemblée nationale, ainsi que de plusieurs chefs des Institutions nationales et internationales.



En 2014, à l'issue de la réforme de la Police nationale congolaise, tous les départements VIP ont été affectés à l'Unité de Protection des Institutions et hautes Personnalités, UPIHP en sigle, ex groupe de garde.


En 2014, il a été désigné commandant sécurité et secrétaire particulier du commissaire provincial du grand Katanga, le défunt général Gabriel Bandombele Risasi.


n 2015, il rentre à Kinshasa et est désigné Coordonnateur de tous les gardes rapprochés de l'UPI-HP.


En 2016, il a été désigné coordonnateur de la sécurité de l'ancien Premier Ministre togolais et facilitateur de dialogue inter-congolais, Monsieur Edouard Kodjo vi Kodjo dit Edem Kodjo.



Le professionnalisme dont il fit montre aux côtés d'Edem Kodjo, lui a valu d'être affecté à la Primature en 2017, en tant que Coordonnateur de la sécurité du premier ministre Samy Badibanga. En 2019 il a été désigné Coordinateur de la sécurité du rapporteur de l'Assemblée nationale, le prof Masau Kalombo Célestin sous la présidence de Jeannine Mabunda à l'Assemblée Nationale.



En 2018 , il a été désigné pour former tous les policiers, pour la protection de tous les candidats président de la République des élections présidentielles décembre 20218 au Tata Raphaël ( la promotion déjà, déjà )

Il fut directeur adjoint chargé des opérations de l'Agence de la lutte contre la corruption à la présidence de la République en 2020.


En 2021, il rentre à la Primature. Cette fois-ci, en tant que Coordonnateur de la sécurité du Premier Ministre Jean-Michel Sama lukonde Kyenge jusqu'à nos jours.



Les passages de grades


Tshitshi Matala était commissaire adjoint (sous lieutenant) en 2002. Il devint commissaire ( Lieutenant) en 2006.


En 2011, il passe commissaire principal (capitaine) et accède au grade de commissaire supérieur adjoint (Major) en 2016. Grade qu'il conservera jusqu'à son élévation au grade de commissaire supérieur (Colonel ) le 21 février 2023.



Il est important de souligner qu'à côté de ses fonctions et grades au sein de la Police nationale congolaise, le colonel Tshitshi Matala Kamanda poursuit ses études en droit pénal à l'Université révérend Kim où il est actuellement en L2 LMD.

29 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page