top of page
  • Photo du rédacteurJeancy Ngoy

En dépit de la mauvaise campagne sur sa personne dans le réseau sociaux, La Révérende Soeur Florence Mbiya Muadi, DG de l'ISAM demeure sereine pour matérialiser la vision du Chef de l'État Félix Tshis



✍️Par Jeancy Ngoy Ipako



Malgré, la mauvaise campagne de dénigrement lancée récemment par les personnes animées de mauvaise foi pour nuire à sa réputation. La Révérende Soeur Florence Mbiya Muadi, Directrice générale de l'institut Superieur des Arts et Metiers, ISAM en sigle, ne ménage aucun effort pour matérialiser la vision du Chef de l'État Félix Tshisekedi à travers de cet institut supérieur.


Ça s'est passé le mercredi 27 juin 2024, dans la grande salle de cet institut spécialiste en Art et métiers, où la Directrice générale, la Révérende Soeur Florence Mbiya Muad a, à l'issue d'une cérémonie, présentée et remis officiellement au directeur des patrimoines de l'ISAM, le titre de propriété de cette institution, le certificat d'enregistrement et la fiche parcellaire.


Désormais, grâce à la rigueur, l'intégrité et la transparence, de la directrice générale, Révérende Soeur Florence Mbiya Muadi, l'institut Superieur des Arts et Metiers, a les titres d'immobilité et les certificats de propriété d'enregistrement de son site au village kingatoko à Mont-Ngafula et de L'ISAM privates.



« Il était question de présenter les titres d'immobilité et les certificats de propriété d'enregistrement de notre site et de lSAM privates. Ça fait plusieurs années que l'ISAM ont pu acquérir un site pour étendre un peu cet institut supérieur, de manière à ce que l'édition réponde à tous les besoins qui se présentent et se cite désormais à ce titre de propriété. Et il y a aussi la présentation et la remise au directeur des patrimoines de l'Isam, le titre de propriété de l'Isam, le certificat d'enregistrement et la fiche parcellaire. L'ISAM est ici, installé depuis plus de 50 ans, mais il fallait pour régulariser cette situation qui était restée irrégulière depuis toutes ces années.» a expliqué la directrice générale, Révérende Soeur Florence Mbiya Muadi


Et ajoute


« Il a été demandé il y a quelques années à tous les responsables de l'institution publique de pouvoir procurer à toutes ces institutions-là les titres de propriété pour contourner toutes ces difficultés auxquelles on est invité.

des conflits parcellaires.

Et aujourd'hui, nous pouvons être heureux parce que l'ISAM détiennent maintenant ces titres de propriété et personne ne peut plus nous contester l'avantage d'avoir ce terrain pour nous, vraiment, il appartient à l'ISAM

Je parle de terrain, je parle d'ici aussi, de cette concession de l'usage. » a dit, la soeur Florence Mbiya Muadi.


Par ailleurs, la Révérende Soeur Florence Mbiya Muadi a martelé sur l'exploitation du site que son institut supérieur occupe, désomais à kingatoko dans la Commune de Moont-Ngafula avec plus des 11 hectares, où sera érigé une grande usine textiles tel est le souhait de l'ISAM celui de développer cette option-là, dans l'optique de donner à la République Démocratique du Congo une tenue qui marquera le cachet du Congo, tel est les cas de certains pays africains entre autres ; le Ghana, le Burkina-faso etc...


« Le terrain de kingatoko, ce site-là, c'est un très grand site de plus de 11 hectares et ça va servir à l'installation des usines textiles parce que l'ISAM veut vraiment développer cette option-là, de donner à la République démocratique du Congo une tenue qui marquera le cachet du Congo. Nous savons que plusieurs pays archéquiens ont leurs tenues particulières, si vous allez au Ghana, par exemple, vous avez le Kinté, et partout où vous allez au monde, quand vous voyez le Kinté, ça vous fait penser au Ghana. Vous allez au Burkina Faso, ils ont leur Faso Dhafani, et quand vous voyez cela sur quelqu'un, on vous dit, ah, ça, c'est le Burkina Faso, ainsi de suite, mais pour la République démocratique du

Congo, quelle est cette tenue-là ? qui nous marque, qui nous distingue des autres, il n'y en a pas. Cela ne veut pas dire qu'au Congo, nous n'avons pas de talents qui puissent vraiment offrir à la RDC sa tenue, voilà pourquoi les uns, ils se sont mis en place une réflexion scientifique pour développer ce que nous avons comme particularité, l'art, l'art Kuba.

C'est un art très important et qui a même été copié par des grands couturiers, si vous voyez le dessin dans certaines marques, c'est le dessin qu'on a tiré de l'art urbain » a souligné la directrice générale, Révérende Soeur Florence Mbiya Muadi.


En outre, avec la coopération sino-congolaise, l'ISAM souhaite pouvoir sortir des terres des Kingatoko, une usine qui va mettre en place cette fabrication de cette tenue, de ce tissu qui sera typiquement congolais et qui marquera le Congo, et ce tissu, va se focaliser sur l'art Kumba. Selon la Révérende Soeur Florence Mbiya Muadi, l'ISAM va s'inspirer de ce que l'art cubain donne à la RDC, comme propriété et possibilité pour pouvoir sortir un tissu qui sera portable.


Après plus de 50 ans d'existence, l'institut Superieur des Arts et Metiers, ISAM en sigle, louait l'espace ou se trouve le bâtiment de cette institution universitaire, il aurait fallut attendre la venue de, la Révérende Soeur Florence Mbiya Muadi, pour que cette situation soit réglée, dorénavant l'ISAM n'est plus locataire grâce à la bonne gestion de la directrice générale, que les ennemis du développement de cet institut, traitent de mauvaise.


41 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page